Expérimentation d’un institut de recherche écocitoyen en province du Luxembourg belge

Faire entrer les sciences en société, c’est aussi soutenir et accompagner le mouvement de redéfinition des politiques publiques en environnement, de leurs rapports aux citoyens et à l’expertise, ainsi que l’émergence de modes de participation et d’expérimentation collectives.

Dans le contexte d’incertitude et de controverses actuelles, les politiques publiques et leurs rapports aux citoyens se transforment. D’une part, des processus de participation du public, de délibération et d’expérimentation collectives sur des questions engageant l’avenir de nos sociétés se mettent progressivement en place. D’autre part, des citoyens et des associations prennent des initiatives et s’organisent pour prendre en charge ces questions d’une façon qui leur est propre – tels les lanceurs d’alerte.

Depuis plusieurs années, l’équipe SEED est partie prenante du développement et de la mise en œuvre de différentes procédures de délibération citoyenne sur des sujets variés : scénarios prospectifs participatifs sur les biocarburants, Conférence citoyenne sur les tests génétiques, focus group sur la question des pesticides ou encore de l’emplacement de déchets radioactifs de faible activité. En 2015-2016 cet engagement se concrétisa dans la mise en place d’un Parlement Citoyen sur le changement climatique en Province de Luxembourg. Aujourd’hui une des recommandation importante de ce parlement s’est traduite dans un nouveau projet : sciences écocitoyennes pour un territoire durable.

Projet FNRS WISD 2017-2021

Contexte :

Les questions environnementales contemporaines sont souvent complexes et marquées par de nombreuses incertitudes sur les solutions à apporter pour les résoudre. Ces incertitudes peuvent porter tout autant sur les connaissances à mobiliser ou à créer, que sur les valeurs et les choix sociaux à délibérer. C’est notamment le cas, en matière de gestion de la nature en milieu forestier, de la maîtrise durable de l’énergie ou encore des moyens de mobilités en zones rurales.

De nombreuses recherches démontrent l’importance d’ouvrir le champ de l’investigation scientifique à des personnes, des milieux sociaux ou des institutions (administratives, associatives, entrepreneuriales…) afin d’élaborer conjointement des projets de recherches, de les mettre en œuvre et d’en valoriser les résultats. Cela pour en assurer la pertinence sociétale, politique et citoyenne –  tout en assurant la qualité scientifique des travaux réalisés. De plus le succès de ce type de démarche dépend de sa capacité à s’inscrire dans un territoire spécifique.

Le projet financé par le Fonds National de la Recherche Scientifique (FNRS-WISD) pour une période de 4 ans vise à expérimenter la mise en place de cet espace de recherche et d’enquête territorialisée innovante, pertinente et inédite en Belgique et en province de Luxembourg.  

Ce projet s’inscrit dans la continuité des travaux de délibérations du Parlement Citoyen-Climat menés par des citoyens tirés au sort et issus de l’ensemble de la province du Luxembourg durant l’automne  de l’année 2015. Partant du constat du manque de connaissances disponibles ou de visibilité de la diversité de ces connaissances à l’échelle de leur territoire afin de mettre en œuvre des politiques de développement durable cohérentes, une des recommandations formulées (dans la thématique 4 : Action et engagement au niveau local) était de promouvoir des initiatives écocitoyennes en partenariat avec l’université.

Ce message, nous l’avons interprété également, à notre niveau, comme un souci de démocratiser l’activité de recherche elle-même afin de gagner en pertinence par rapport à la spécificité de notre territoire et de ses enjeux.

Propositions :

Étant donné cette exigence, nous faisons les propositions suivantes :

-               Créer un espace qui rend possible la rencontre triangulaire entre la société civile, les acteurs politiques  et l’expertise scientifique qui puisse permette de spécifier les problématiques de recherche pertinente et de leur opportunité ;

-               D’élaborer une stratégie d’enquête validée collectivement autour d’un ou deux problèmes environnementaux  d’intérêts territoriales en matière de recherche transdisciplinaire;

-               D’élaborer, à terme, une méthodologie générique d’intervention permettant de caractériser scientifiquement le modus operandi de cet espace de collaboration.

-               D’institutionnaliser et de pérenniser cet espace de collaboration

fin de permettre :

o   la capitalisation des expériences conjointes menées sur le territoire ;

o   la centralisation et la mémoire des contacts existants (épars et distribués) en termes de connaissances et de pratiques (sociales et techniques) du territoire ;

o   de donner un visage public et reconnaissable à cette espace.

Ce projet de « recherche-intervention » engage l’Université de Liège et l’Université Catholique de Louvain à un travail de partenariat avec la société civile, les autorités publiques et les acteurs associatifs et entrepreneuriaux de la Province du Luxembourg et en association avec la Région Wallonie-Bruxelles.Partenaires du projet :

Partenaires du projet (en construction) :

-     L’équipe de Socio-économie, environnement et développement (SEED) de l’Université de Liège – Campus d’Arlon (Prof. Pierre Stassart, Dr. François Mélard et Dr. Dorothée Denayer) – Partenaire principal ;

-     Le Centre de philosophie du droit (CPDR) de l’Université Catholique de Louvain (Prof. Tom Dedeurwaerdere)  – Co-partenaire.

Financement du projet : Programme WISD – Fonds National de la Recherche Scientifique Belge.

Durée du projet : 4 années

Contact :  Prof. Pierre Stassart – p.stassart@ulg.ac.be – Tél : 063/230 816.

[*] Auteur : l’équipe de recherche en Socio-Economie, Environnement et Développement (SEED) du Département des Sciences et Gestions de l’Environnement de l’Université de Liège (Campus d’Arlon). Membre de l’Unité de recherche SPHERES.