Sciences citoyennes

A côté des pratiques de gestion des administrations publiques et des milieux scientifiques ou experts qui leurs sont associées, les sciences citoyennes sont une des nombreuses appellations d’un mouvement témoignant de l’engagement croissant de citoyens dans la production de connaissances et de nouveaux modes de gestion sur leurs environnements. C’est souvent au détour d’un enjeu localisé (suite à un conflit lié à un nouveau projet d’implantation, à la réaction à une source de pollution, à la conservation d’une espèce…) que ces nouvelles pratiques peuvent participer, à leur échelle, à réinventer de nouveaux modes de collaboration scientifique, politique ou sociale.

A côté des missions de recherche et d’enseignement, l’université remplit ainsi une troisième mission : celle de « service à la société ». Pour l’équipe SEED, cette mission consiste à développer les interactions et les échanges entre l’université et la société civile, en étant à l’écoute des besoins de citoyens, d’associations, ou de milieux professionnels et en favorisant la mise à disposition des savoirs et de l’expertise universitaires en matière environnementale.

Cet engagement s’inscrit dans une réflexion sur « l’entrée des sciences en société » qui prend tout son sens au cœur d’une Faculté des Sciences qui se veut en prise avec le monde. Cet engagement est ancré dans le choix des enjeux de recherche, comme l’agroécologie, la gestion de la biodiversité ou la sociologie des pratiques scientifiques, dans les principes méthodologiques qui privilégient la prise en compte active des publics concernés, et dans les attendus de la recherche, qui vise à renforcer la capacité d’agir de ces publics.

Explorez les engagements de l’équipe SEED à travers 4 thématiques :