Spécificités

Les spécificités des travaux de recherches menés à l’unité SEED sont les suivantes :

  • Instaurer les enjeux environnementaux comme des enjeux de recherche en sciences « hybrides » : faire de l’agroécologie, suivre l’innovation sociotechnique, définir des compétences transversales scientifiques, techniques et sociales.
  • S’appuyer sur des enjeux techniques et scientifiques afin d’en comprendre les portées socio-politiques. L’évolution/la transformation des pratiques de recherche et de gestion de l’environnement sont autant de prises empiriques pour comprendre comment la société prend certaines directions et en abandonne d’autres.
  • Investiguer de manière qualitative des milieux habituellement ignorés par la sociologie, plus particulièrement les milieux de praticiens impliqués dans la gestion de l’environnement.

Et ainsi, s’intéresser aux évolutions/transformations d’un paysage, d’un animal, d’une technique, … pris comme autant de portes d’entrée privilégiées dans l’analyse, en faisant à chaque fois le pari heuristique de suivre leurs conséquences et leurs effets en termes de production de connaissances scientifiques, professionnelles, citoyennes ou profanes et en termes de production d’actions collectives.

Thématiques environnementales

Biodiversité & Agroécologie

« Le vivant » sous ses différentes formes et à différentes échelles – de l’organisme à l’écosystème et aux populations – est devenu problématique. Entre réduction à l’instrument et idéalisation de la nature, l’idée d’une coévolution des espèces et de l’homme pose des questions nouvelles : conservation de la nature, gestion de la biodiversité agricole, gestion des espaces protégés ou zoonoses, entre autres.

EOLIENNE

spe_champ

Participation et Expertise

Dans la gestion des problèmes environnementaux, les chercheurs et les experts sont amenés à entrer en contact avec des publics, soit comme usagers (alimentation, énergies renouvelables), soit comme bénéficiaires (conservation de la nature), mais aussi comme des acteurs plus ou moins organisés (aménagement du territoire, nuisances).

Gouvernance réflexive et transition

Le traitement des questions d’environnement passe par des actions collectives (ou action publique) dans lesquelles l’État ne joue plus un rôle prééminent en s’appuyant sur des connaissances certaines. Les scientifiques doivent trouver leur place dans des dispositifs d’action collective qui sont souvent co-construits entre les chercheurs, les acteurs publics et privés.

La gestion de la complexité comme enjeu de formation

La formation des futurs professionnels dans le domaine de la gestion de l’environnement est essentielle pour la mise en place de dispositifs de gestion participatifs et durables : capacité à maîtriser des outils de gestion mais simultanément capacité à établir des diagnostics portant sur les effets et conséquences de l’usage de ces outils sur les relations entre les acteurs et sur les entités naturelles elles-mêmes.