Enseignement

Le SEED rassemble une équipe de 6 enseignants/chercheurs, deux facettes d’un même métier différentes mais très complémentaires. Pratiquer la recherche consiste à produire des connaissances à portée générale, à partir de l’analyse de cas particuliers. Enseigner, c’est accompagner les étudiants dans l’acquisition d’outils théoriques et/ou pratiques propres à la gestion de l’environnement en leur indiquant comment les re-contextualiser, les rendre opérationnalisables et les mobiliser dans une diversité de situations concrètes.

Les formations que nous proposons articulent toutes une approche théorique rigoureuse s’appuyant sur une littérature scientifique interdisciplinaire en sciences sociales (sociologie, anthropologie, philosophie, histoire, etc.) et une large place dédiée aux études de cas et au travail de terrain. Les allers-retours constants entre théories et problématiques réelles invitent nos étudiants (et enseignants!) à poser un regard critique constructif sur les premières et à pratiquer une expertise « modeste ». Cette dernière s’appuie sur une capacité à accepter et à travailler avec la complexité des situations de gestion de l’environnement, ce qui implique le plus souvent de co-construire et de négocier chaque solution avec une diversité d’acteurs concernés. Un tel métier repose sur des compétences émergentes, dont la formation universitaire n’est que l’un des piliers. Dans un monde où l’information circule très rapidement, où chacun peut d’informer via le net, où les Universités n’ont plus le monopole de la production de connaissance, les professionnels de demain ont besoin d’outils de médiation théoriques, méthodologiques, critiques et réflexifs qui s’acquièrent par le débat et la construction d’une réflexion collective sur les situations à gérer.

Nous favorisons ces apprentissages en donnant l’occasion à nos étudiants de travailler par petits groupes sur des enjeux (gestion de la forêt, agro-écologie, énergies renouvelables, éco-quartiers, etc.) réels et vivants  complexes, controversés, qui se déclinent localement dans des débats très spécifiques et pour lesquels la définition de ce qui est souhaitable ou durable demande à faire l’objet d’une délibération nourrie par une diversité d’expériences et de connaissances.

 

20170613_125058